Critères de l’algorithme de calcul pour le classement des sites par Google :

globe_puzzle_1067592_puzzle_earth

Le calcul de score des pages de sites aboutissant
au classement dans le moteur de recherche Google vous intrigue sans doute :

Google utilise un algorythme, dont voici les principaux critères. Cet algorithme évolue sans cesse, avec les nouvelles possibilités techniques qu’il développe, pour cibler de mieux en mieux les résultats à classer, en fonction des mots clefs saisis par les internautes qui recherchent, mais aussi et surtout pour offrir des services aux entreprises qui le souhaitent de publicité de plus en plus ciblée et leur faire investir dans la pub.

D’après le brevet déposé par Google en 1997, et modifié régulièrement depuis, les critères pris en compte pour l’indexation des sites et leur classement dans le moteur de recherche sont :

Les liens entrants et sortants, arrivant d’autres sites ou annuaires thématiques ou professionnels ou menant à d’autres sites ou des références extérieures. Auparavant Google calculait le quantitatif des liens entrants et sortants du site à classer. Désormais, pour éviter ce que l’on appelle les « fermes de liens », uniquement créées pour faire artificiellement monter le site dans le classement par échanges de liens non qualifiants, Google a instauré des critères qualitatifs et une analyse des liens (sémantique du texte, confiance/sérieux, comportement des utilisateurs) et un critère de sanction, la « sandbox » (« bac à sable ») où sont relégués les sites ou annuaires bidon ou ne privilégiant pas le sérieux du contenu. Nous sommes ainsi passés de l’indice Page Rank basé sur la quantité au Trustrank basé sur la qualité des pages de site.

Les ancres et balises : il s’agit de la codification interne des pages afin de les optimiser et les rendre lisibles et facilement compréhensibles et ergonomiques pour l’interprétation des moteurs de recherche. Ainsi on voit apparaître la référence W3C qui vise à réaliser, en respectant des standards informatiques, la meilleure ergonomie possible, la meilleure rédaction possible en fonction des règles du Web (pas de contenu dupliqué, utilisation de mots clefs et de titres évocateurs par exemple), la meilleure accessibilité possible même pour les personnes handicapées.

Le trafic associé aux pages : nombre de visiteurs, fréquence des passages et leur durée, mises à jour fréquentes ou non du contenu des pages.

Le choix des pages fait par l’internaute après formulation des mots clefs de sa recherche dans le moteur de recherche. Google a ce sujet remarque qu’en 2000 les internautes, peu au fait du fonctionnement du moteur, lançaient des requêtes sur un ou deux mots clefs ce qui ne ciblait pas assez pour obtenir d’emblée une liste de sites répondant exactement à leur requête. En 2010 Google constate que le contenu des mots clefs composant la requête sont plus nombreux, plus précis. De ce fait leur algorithme de calcul du choix des pages fait par les internautes peut d’autant plus refléter la réalité de l’aboutissement de leur recherche.

Le nom de domaine : nom utilisé comme adresse pour votre site, permet normalement d’être mémorisable et constitue la première image de votre entreprise. D’où son introduction dans les critères de classement de Google.

L’hébergement : Google tient compte maintenant aussi de la qualité de l’hébergement, afin de proposer aux internautes en premier lieu des réponses provenant de sites dont la rapidité de navigation est bonne et où les pages qui aboutissent sur un code erreur sont absentes.

A la suite de cette liste, vous comprendrez aisément que chaque détail compte dans l’élaboration de votre site et dans la préparation de celui-ci à un bon référencement qui vous permettra la meilleure visibilité possible sur les moteurs de recherche.

Ne perdez donc pas de vue ces détails, pour faire le choix de votre prestataire de création de site, afin de ne pas penser que payer le moins cher au départ vous fait faire une bonne affaire. Pensez sur le long terme !

Votre site, tout comme son référencement sont des investissements. Et comme tout investissement, il doit pouvoir vous garantir, par l’appel à un prestataire qualifié, et à votre vigilance pour faire le tri, parmi les offres qui vous sont faites, un bon retour sur investissement (ROI).

Des outils sont là pour mesurer, des études concurrentielles peuvent être menées afin d’étudier et de proposer au mieux le site et le référencement dont vous avez besoin. Ceci afin d’être pris au sérieux par Google et par ricochet par les visiteurs, qui arriveront par ce canal, qui draine environ 97% des visiteurs.

Mireille Ruinart,
Créactions à votre service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *